journal permanent | 27 janvier 2018

samedi 27 janvier 2018, par SebMénard

J’ai récrit tout beau tout bien mon beau dossier que je dis. (Les cailloux qu’on se donne, ceux sur lesquels on tombe. Les collines qu’on dessine, celles contre lesquelles on butte…) Et puis nous sommes des passants labyrinthés, des passes-murailles empoussiérés, des voyageurs interdimensionnels (Guillaume Vissac) — 


j’écoute Anouar Brahem

un live à Coutances vieux d’il y a quelques années

je pense à A.

A. disait qu’Anouar Brahem joue dans le poétique
que c’est la même chose

que c’est tout à fait ça

et je laisse filer la vidéo YouTube (on fait comme on peut)


Ce besoin de temps pour s’enfoncer.


Combien de temps passé à se demander où sera la suite, où est la suite, où ça se passe — c’est toujours ça ? Ou bien se convaincre (accepter) qu’il s’agit de quelque chose de plus sauvage ?
(mais il faudra trouver de quoi vivre justement)

et toujours même chose
là se répète

Mais savoir sans doute que c’est une question de vallée, de collines et de montagne — Jules Verne himself ! le dit (dans mon souvenir) dans son Chateau dans les Carpathes — mais c’est aussi chez Stasiuk (ceux qui me viennent en tête ce soir) : un dédale de vallons, de vallée, des arbres et des bêtes, des boues ou des poussières, mais ça là intensément là…

(j’ajoute : André Bucher, Rick Bass, Gary Snyder ?)

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0