journal permanent | 9 juin 2016

jeudi 9 juin 2016, par sebmenard

Et si on ne notait plus rien. Plus de distances. Ou bien d’autres. Le journal de février de Philippe De Jonckheere : tu penses à ça (crois-tu que tu pourrais trouver des mises à jour du Désordre en cherchant bien et longtemps ?) — et puis on ne saurait rien — et puis on pourrait se permettre tant de fiction — le 9 Guillaume dit que ce qu’il a noté le 5 n’est pas vrai — pas vraiment vrai — et c’est vrai — ici comment tu ferais le tri — entre le réel et la fiction — ça fait plus de 10 000 kilomètres sur ton Surly et combien dans des trains — combien sur le pont d’un bateau — combien sur un bus — combien dans un avion — et pourtant : serais-tu capable toi-même de faire à nouveau le tri — de rechercher chaque piste fictionnelle à l’intérieur du grand fatras.


De la nourriture indienne — des choses à chercher — tellement de choses. Rêve combien de fois répété de notre cabane à retrouver. Je l’avais glissé dans Soleil gasoil. C’est si vrai.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0