journal permanent | 12 août 2015

mercredi 12 août 2015, par sebmenard

75km.

Tulcea — Sulina.

Cu vapor (en bateau).

Temps gris et humide – lourd – senti une goutte sur le pont supérieur – rien n’est tombé plus encore.


Dès le matin à regarder quelques séries d’images – faire ça bien – et en noir et blanc – que l’histoire existe comme ça – André Rougier dit que « La vie commence lorsqu'on se met à raconter des histoires ».


À Sulina nous entrons dans la ville en vélo – quelques rues – on cherche un endroit pour deux nuits sans doute – on cherche un peu de calme et pas cher – de quoi avons-nous besoin en fait c’est ça – qu’est-ce qu’on cherche en fait c’est ça – à Sulina on pose nos affaires dans une auberge et on file vers la mer — vers là où s’écoule les eaux de l’Europe – on se jette dans l’eau là – dans l’eau noire de cette mer – on écoute la mer et les bêtes – on imagine déjà une autre route – lorsqu’on partira du Sud pour filer au Nord – se baigner au Nord – on imagine des trucs – on ne sait rien.


Sur la carte mémoire du 5D je trouve une série de prises de vue noires – tout à fait noires – sans doute l’appareil qui déclenche dans le noir – je pense immédiatement à une série qui se nomme déjà Je photographie : l’écrire directement en html.

SPIP | squelette | | soutenir les auteurs | ISSN 2495-6910 | Suivre la vie du site RSS 2.0